Cacao

Le Cacaoyer

Le cacao (Theobroma cacao), également appelé cacao, est un arbre tropical à feuilles persistantes (famille des Malvacées) cultivé pour ses graines comestibles, dont le nom scientifique signifie «nourriture des dieux» en grec. Originaire de forêts tropicales des basses terres des bassins fluviaux de l’Amazone et de l’Orénoque, le cacao est cultivé commercialement sous les tropiques du Nouveau Monde, ainsi qu’en Afrique de l’Ouest et en Asie tropicale. Ses graines, appelées fèves de cacao, sont transformées en poudre de cacao, beurre de cacao et chocolat. Cet article traite de la culture de la plante de cacao. Pour plus d’informations sur le traitement du cacao et l’historique de son utilisation, voir l’article cacao.

Histoire naturelle
Le cacao pousse dans le sous-bois de la forêt à une hauteur de 6 à 12 mètres (20 à 40 pieds), restant généralement à l’extrémité inférieure de cette plage. Ses feuilles coriaces oblongues mesurent jusqu’à 30 cm (12 pouces) de long. Elles sont périodiquement perdues et remplacées par de nouvelles feuilles d’un rouge éclatant lorsqu’elles sont jeunes. Ses fleurs sont nauséabondes ou inodores; ils peuvent être présents à tout moment mais apparaissent en abondance deux fois par an. Ces fleurs poussent en grappes directement à partir du tronc et des membres et mesurent environ 1 cm (0,4 pouce) de hauteur et de largeur. Elles peuvent être blanches, roses, roses, jaunes ou rouge vif, selon la variété, et sont pollinisées par de minuscules mouches appelées moucherons dans de nombreuses régions.

Après quatre ans, le cacaoyer mûr produit des fruits sous forme de gousses allongées; il peut produire jusqu’à 70 fruits de ce type chaque année. Les gousses, ou cherelles, ont une couleur allant du jaune vif au violet foncé. Ils mûrissent en moins de six mois et atteignent une longueur maximale de 35 cm (14 pouces) et une largeur au centre de 12 cm (4,7 pouces). Chaque gousse a de nombreuses crêtes sur toute sa longueur et contient de 20 à 60 graines, ou fèves de cacao, disposées autour du grand axe de la gousse. Les graines ovales mesurent environ 2,5 cm (1 pouce) de long et sont recouvertes d’une pulpe blanche collante et douce.

Le cacao prospère à des altitudes de 30 à 300 mètres (100 à 1 000 pieds) au-dessus du niveau de la mer dans des zones où les températures ne varient pas beaucoup en dessous de 20 ° C (68 ° F) ou au dessus de 28 ° C (82 ° F). Les besoins en précipitations dépendent de la fréquence et de la répartition des pluies et du degré de rétention d’eau par le sol; les précipitations minimales nécessaires sont d’environ 100 cm (39 pouces) uniformément réparties tout au long de l’année, mais 150–200 cm (59–79 pouces) sont optimales. Une culture réussie nécessite également un sol profond, bien drainé, poreux et riche en humus. La protection contre les vents violents est nécessaire en raison du système racinaire peu profond de l’arbre.

La Culture
En raison des risques liés aux maladies et aux parasites, la majeure partie du cacao dans le monde est cultivée dans de petites exploitations à forte intensité de main-d’œuvre de moins de deux hectares au lieu de grandes plantations à travers lesquelles ces risques peuvent se propager rapidement. Cependant, même avec la protection de leurs petites exploitations isolées, les producteurs de cacao subissent souvent des pertes allant de 30 à 100% de leurs cultures, généralement dues à la maladie. Le cacao peut également être cultivé dans les forêts tropicales immaculées à faible densité en tant que forme d’agroforesterie, offrant une utilisation économique des terres protégées. En cultivant le cacao, les plantes sont d’abord cultivées à partir de graines ou de boutures, puis transplantées. D’autres cultures comme la banane, la palme ou le caoutchouc sont souvent plantées avec le cacao afin de fournir de l’ombre et une protection contre le vent aux jeunes arbres. Les bourgeons floraux sont retirés des arbres jusqu’à l’âge de cinq ans. Les rendements des cultures commerciales de fèves de cacao peuvent varier de moins de 100 kg à plus de 3 000 kg par hectare, la moyenne mondiale se situant entre 340 et 450 kg par hectare (300 et 400 livres par acre).

De nombreuses variétés de cacao existent et peuvent être regroupées en trois divisions générales: forastero, criollo et trinitario. Les variétés de Forastero sont le plus souvent utilisées dans la production commerciale, alors que les variétés de criollo sont très sensibles aux maladies et ne sont pas cultivées à grande échelle. Trinitario est un hybride des variétés forastero et criollo et produit un haricot savoureux utilisé dans le chocolat noir de haute qualité. En Amérique centrale, deux espèces apparentées (T. bicolor et T. angustifolium) sont cultivées pour leurs graines comestibles, qui sont parfois mélangées à celles de T. cacao pour produire du cacao.

De nombreuses variétés de cacao existent et peuvent être regroupées en trois divisions générales: forastero, criollo et trinitario. Les variétés de Forastero sont le plus souvent utilisées dans la production commerciale, alors que les variétés de criollo sont très sensibles aux maladies et ne sont pas cultivées à grande échelle. Trinitario est un hybride des variétés forastero et criollo et produit un haricot savoureux utilisé dans le chocolat noir de haute qualité. En Amérique centrale, deux espèces apparentées (T. bicolor et T. angustifolium) sont cultivées pour leurs graines comestibles, qui sont parfois mélangées à celles de T. cacao pour produire du cacao.

Ravageurs Et Maladies
Les maladies les plus communément destructives du cacaoyer sont la pourriture des gousses. La pourriture des gousses, appelée «gousse noire», est causée par un champignon (Phytophthora) qui se propage rapidement sur les gousses sous des conditions de pluie et d’humidité excessives, d’ensoleillement insuffisant et de températures inférieures à 21 ° C (70 ° F). Le contrôle nécessite un traitement rapide avec des fongicides contenant du cuivre et l’élimination constante des gousses infectées. Le balai de sorcière (causé par Moniliophthora perniciosa) et le pourridié givré (causé par M. roreri) sont des maladies graves affectant les cultures dans les Amériques et les Antilles et constituent une préoccupation majeure pour les producteurs d’Afrique et d’Asie qui cherchent à empêcher leur propagation. Les cacaoyers asiatiques sont affectés par un champignon (Oncobasidium theobroma) qui provoque son dessèchement, à partir des extrémités des branches – une condition appelée dépérissement de la traînée vasculaire. La pousse enflée est une maladie virale transmise à la plante par des cochenilles farineuses qui ont dévasté les cultures de cacao ghanéennes et nigérianes.

Certaines maladies courantes telles que la flétrissure des jeunes gousses, les galles en coussinet et le dépérissement ne sont pas bien comprises et peuvent résulter d’une combinaison de conditions physiologiques, virales, nutritionnelles et fongiques. De nombreux insectes différents endommagent le cacao, notamment les cochenilles, les vrais insectes (hétéroptères), les thrips et les cochenilles. En Asie du Sud-Est, la pyrale du cacao, la larve d’un insecte semblable à un moustique, est un ravageur courant. Des recherches sont en cours pour mettre au point des variétés résistantes aux maladies et des méthodes efficaces de lutte biologique contre les insectes nuisibles.

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer